Annonceurs

Latour Marliac partenaire de Passion Bassin

LA FOIRE AUX QUESTIONS (FAQ) :


Les rubriques :

A

Algues filamenteuses

L

Lagunage - complément

B

Bactéries à quoi ça sert ?

P

Plantes vivaces autour du bassin

C

Carpe amour, carpe herbivore, carpe filtreuse

P

Quels Poissons dans le bassin ?

E

Eau verte que faire ?

U

Ultra Violet (appareil)

E

Eau de pluie bon ou pas bon ?

V

Virémie printanière (virose)

Pour trouver toutes les pages traitant d'un thème particulier, utilisez le : MOTEUR DE RECHERCHE INTERNE

Pour un terme précis, recherchez dans le LEXIQUE de L'AQUATIQUE

A comme Algues filamenteuses


Question : Depuis de nombreuses années j'essaie aussi de trouver la formule idéale pour avoir un bassin en pleine forme : j'ai cru y arriver quand j'ai installé une filtration OASE avec lampe UV : pendant plus d'un an, j'ai eu une eau très propre. Mais, depuis quelques mois, une algue verte (qui ne trouble pas l'eau mais qui s'accroche partout) est apparue et je n'arrive pas à m'en défaire ! J'en sors de gros paquets, je vide et nettoie le bassin, mais elle revient...

Réponse : A propos des algues filamenteuses, il faut savoir que 2002 est une année un peu exceptionnelle. Nous avons eu un hiver très rigoureux qui a secoué les plantes aquatiques. Celles-ci redémarrent plus lentement et avec un décalage de 15 jours / 3 semaines. Ce retard favorise le développement des algues filamenteuses car les poissons sont nourris depuis plus de deux mois et les nitrates, les phosphates et autres déchets organiques s'accumulent sans que les plantes participent à leur épuration naturelle.

Cet excédent " d'engrais " favorise le développement des algues jusqu'a ce que les plantes aquatiques aient repris le dessus et pompent alors toute cette nourriture pour leur croissance et leur floraison.

La filtration et la lampe UV ne sont presque d'aucune utilité pour combattre ces algues. L'UV n'est efficace que contre les algues unicellulaires et la filtration OASE malheureusement, n'est pas la mieux armée pour la filtration biologique. Je trouve qu'elle manque de supports tels que pierre de lave, pierre ponce... sur lesquels les bactéries dénitrifiantes viennent se fixer.

Afin de lutter contre ce développement massif d'algues, il convient de trouver l'origine des matières organiques en décomposition dans l'eau du bassin :

  • feuilles tombées à l'automne

  • restes de nourriture pour poisson (ne pas utiliser en bassin de nourriture en paillettes)

  • eau de forage naturellement chargée en nitrate

  • manque de plante aquatiques

  • surpopulation de poisson

  • mauvais équilibre général...

Une fois les causes élucidées, on peut prendre des moyens pour que cela n'arrive " plus ".

Il reste maintenant à faire disparaître ces algues. Il en reste toujours un peu, ce qui est normal et le signe que le bassin tourne bien. Ces algues sont inesthétiques mais inoffensives pour la faune du bassin (sauf les esturgeons qui peuvent se prendre dedans) et même utiles car elles enlèvent les nitrates, phosphates en excédent dans le bassin.

Pour faire régresser les algues il convient tout d'abord de s'assurer de l'efficacité de la filtration (cf. conseils de mai). Mettre des bactéries de biomasse pour un bon ensemencement du filtre. On peut éventuellement dans le cas de petits bassins faire un petit changement d'eau.

Attention il est toujours dangereux de vider et nettoyer le bassin, car dans ce cas on détruit la totalité de l'équilibre, et il se peut que cela favorise une montée de nitrites 10 à 15 jours plus tard, entraînant une forte mortalité des poissons. Pour éviter la montée de nitrites, il existe des produits à base de bactéries dénitrifiantes qui réduisent son importance. De plus les algues repoussent tout de suite après car la faune bactérienne a été détruite et il y a un déséquilibre biologique que les algues vont combattre... en se développant.

Il existe aussi des bactéries anti-algues (attention pas des algicides toxiques à terme pour la flore et la faune) sous forme liquide (OASE) ou en poudre (Aqualimpi, Ecotreat...) qui permettent de combattre les algues en supprimant leur nourriture (bactéries anti-nitrates, déphosphatantes).

De toute manière dans un bassin bien équilibré, les algues doivent régresser d'elles-même au fur et à mesure du développement, en saison, des plantes aquatiques.

B comme Bactéries


Question : Est-il utile de mettre des bactéries dans la filtration et à quoi servent-elles ?

Réponse : On utilise les bactéries pour épurer l'eau. Ce sont des organismes microscopiques. Leur taille est en rapport avec celle de la pollution. Elles s'adaptent facilement à la nourriture disponible. C'est une qualité indispensable car la pollution évolue constamment. Les bactéries se reproduisant très rapidement, leur nombre s'adapte automatiquement en fonction de l'environnement.

Il est très utile d'ajouter régulièrement des bactéries dans votre filtre, mais aussi au niveau du lagunage ou dans votre plan d'eau car ce sont-elles qui, associées avec des enzymes, vont permettre de lutter contre l'eutrophisation naturelle du bassin (excès de nitrate, phosphate, phosphore,...). Si, en plus, le bassin accueille un nombre important de poissons, les bactéries sont indispensables pour maintenir l'équilibre biologique.

Lorsque les bactéries sont dans des conditions favorables, elles s'agglomèrent (floculation) pour former des flocons de boue que l'on pourra séparer par simple décantation. Ce phénomène est utilisé par certains produits du commerce renfermant des souches de bactéries qui au cours de leur croissance vont libérer des polymères (sorte de grosse molécule) qui favorisent l'agglomération entre elles et sur les matières en suspension (MES) permettant d'obtenir une eau parfaitement claire.

Les bactéries sont éliminées par des protozoaires qui participent eux aussi à l'élimination d'une partie de la pollution et des bactéries moins utiles qui ne veulent pas floculer (celles qui restent en suspension).

Il faut de préférence privilégier les produits sous forme de poudre (meilleure concentration en bactéries). Il est possible pour certains produits de procéder à un réveil bactérien qui va décupler le nombre de bactéries. Il faut prendre 10 L d'eau du bassin pour 1 kg de produit, mettre à une température de démarrage de 25/30° C pendant 12 à 24 H (maxi). Utiliser une résistance d'aquarium pour maintenir la température du liquide pendant quelques heures avant de la laisser s'harmoniser avec celle du bassin. Un aérateur permettra, grâce à un diffuseur plongé dans le seau, un brassage optimal et de meilleurs résultats.

C comme Carpe amour, Carpe herbivore, Carpe filtreuse


Question : J'ai un bassin de 20 m³ sans filtration. Bien entendu l'eau n'est pas claire. J'aurais voulu savoir si le fait de mettre des carpes filtrantes est un mieux. De plus, ayant des algues filamenteuses, j'ai introduit -peut-être dangereusement une carpe amour depuis un mois. Est-ce bien raisonnable pour mes nénuphars et autres...

Réponse : Le fait de mettre des carpes herbivores est sujet à controverse. En effet celles-ci sont utiles tant qu'elles restent de petite taille ensuite elles dévorent toute la végétation (jeunes pousses des nénuphars, plantes oxygénantes...). Ces poissons ont une croissance excessivement rapide (deux à trois fois celle de la carpe commune) et nombre de propriétaire de bassins ne savent plus comment s'en séparer par la suite, puisque leur introduction dans le milieu naturel est interdit. Encore faut-il pouvoir les attraper !

Pour les carpes filtreuses, celles-ci ont une efficacité limitée. De plus tous ces poissons mangent, font des déchets et participent au déséquilibre du bassin (tout en prenant la place d'un poisson qui serait plus esthétique).

Bref je conseille les carpes amour et les carpes filtrantes pour des bassins > à 40 m³. A ce titre, il convient de bien distinguer :

  • la carpe herbivore ou amour blanc (Ctenopharyngodon idella) 

  • l'amour argenté (Hypophthalmichthys molitrix) carpe filtreuse qui se nourrit de débris végétaux et d'algues unicellulaires

  • la carpe filtrante ou amour marbré (Aristichthys nobilis) carpe filtreuse qui consomme le phyto et le zooplancton

Pour remédier à la clarté de l'eau je préfère ajouter des plantes aquatiques immergées (élodées, myriophyllum, stratoites, hippuris...) qui ont un réel effet, toute l'année, sans contrepartie négative.

A terme, une filtration adaptée avec un UV sera peut-être indispensable pour remédier au problème de l'eau verte.

E comme Eau verte


Question : Dans mon bassin actuel, l'eau est verte et l'on doit voir seulement à 10 cm en profondeur, ce qui n'a pas l'air depuis 6 ans d'affecter les poissons rouges. Cette eau verte a un avantage non négligeable : elle permet de masquer la bâche et ses plis disgracieux. Si le fait d'avoir une eau claire doit polluer ma vue par la vision des plis de la bâche et des paniers de plantes, je me demande si je ne finirai pas par regretter mon eau verte. Qu'en pensez-vous ?

Réponse : L'eau verte (inesthétique) est liée à un développement d'algues unicellulaires microscopiques. La plupart des possesseurs de bassin souhaite admirer leurs poissons et préfère donc avoir une eau cristalline. Les algues ne sont en aucun cas nocives pour la faune, elles gênent par contre la croissance des plantes immergées car elles freinent la pénétration de la lumière à une certaine profondeur. D'autre part les poissons sont plus familiers et ont plus confiance lorsqu'ils sont dans une eau claire car ils ont ainsi l'habitude de voir du passage autour du bassin.

Les algues filamenteuses (contre lesquelles la lampe UV n'a pas d'effet) recouvrent la plupart du temps les rebords du bassin, elles cachent une partie de la bâche et des plis inesthétiques. Il se forme également un dépôt naturel (débris, vase) qui rend moins visible la bâche.

En ce qui concerne les plantations, il existe des paniers en coco tressé très esthétiques et qui finissent par être complètement camouflés par la végétation.

Avec les nouvelles bâches en EPDM (caoutchouc synthétique) vous avez 80 % de plis en moins. C'est donc affaire de goût. Pour ma part, les quelques plis de bâche, ne me dérangent pas car ma vue est attirée par les habitants du bassin et par les plantes aquatiques, non par ces petites imperfections qui au bout de 2 ans ne se voient plus du tout.

Pour venir à bout de l'eau verte, une lampe UV d'une puissance de 2 Watts par m³est suffisante. Il faut entre 1 et 3 semaines pour voir le résultat. La lampe doit fonctionner comme la filtration 24H/24 et 7J/7...

La lampe UV ne doit pas être considérée comme un stérilisateur d'eau. Sa possession n'empêche ni la reproduction et la croissance des alevins, ni la vie biologique, ni la présence d'animaux sauvages (titrons, grenouilles... ). Les bactéries libres, en suspension dans l'eau sont celles qui sont le moins actives au niveau de la filtration biologique, leur éventuelle destruction ne gêne en rien l'équilibre du bassin.

E comme Eau de pluie


Question : Pourquoi dites-vous qu'il ne faut pas utiliser l'eau de pluie pour remplir le bassin ? Je pensais profiter de la récupération de cette eau venue des toits pour maintenir mon bassin en eau.

Réponse : Il ne faut pas que l'eau de pluie alimente directement le bassin. A cela plusieurs raisons :

Lors d'un gros orage, il y a une arrivée soudaine d'eau qui va perturber l'écosystème : renouvellement important de l'eau, baisse brutale de la température de l'eau, changement de la composition chimique de l'eau (pH, GH)... Si cela faisait plusieurs mois qu'il n'y avait pas plu, la toiture est alors lessivée de toutes les poussières récupérées pendant tout ce temps. De vieilles gouttières en zinc peuvent aussi amener une certaine quantité de métaux lourds dans le bassin.

Cela est d'autant plus vrai que la taille du bassin est petite. Il est évident que la récupération des eaux d'une toiture de 20m² dans un bassin de 50 m3 sera insignifiant par rapport à un bassin de 3 m³.

Par contre l'eau de pluie décantée (stockage dans des cuves) utilisée à bon escient permet de faire les appoints l'été pour compenser l'évaporation. Très utile pour faire baisser le pH et le GH des eaux basiques et calcaires, cela permet aussi de limiter la prolifération des algues.

Donc oui à l'eau de pluie avec parcimonie, mais non à l'arrivée directe des eaux pluviales dans le bassin sans décantation ni contrôle du débit.

L comme Lagunage - complément


Question : J'ai l'intention d'implanter un bassin naturel et je me pose des questions au sujet d'un bassin filtrant. Ne risque-t-il pas d'amener des moustiques ? Pour moins de 20 m³ quelles devront être les dimensions du lagunage ? Quel matériel, quelles plantes utiliser ?

Réponse : Les larves de moustiques peuvent être présents dans le lagunage si celui-ci est en eau. Il y a toujours la possibilité de remplir le bassin filtrant de pierre de lave au dessus du niveau d'eau. De cette façon il n'y aura pas la présence de larves de moustiques. Autre possibilité : introduire s'il y a plus de 20 cm d'eau des petits poissons (poissons rouges, gambusies...) qui seront repêchés en fin de saison et placés dans le bassin pour hiverner tranquillement.

Pour un bassin principal de 20 m³ il faudrait, idéalement, un bassin filtrant d'une petite dizaine de m² (2 x 5 m) avec une profondeur de 40 / 50 cm. Pour alimenter le lagunage il faudrait une pompe assurant entre 5 et 8 m³/H (Aquamax 5500 ou 10000 selon les pertes de charge).

Si l'eau arrive par un drain par le fond du bassin il faut le remplir par une couche de 20 cm de pierre de lave en 10/15 cm (celle utilisée pour les fosses septiques) puis une granulométrie de 1,5/2 cm pour finir. Ne pas utiliser de diamètre plus petit sinon le lagunage va se colmater très rapidement. Ne pas mettre de terre pour les plantes.

Mes végétaux préférés sont cyperus longus, phragmites australis variegata, iris pseudacorus, sagittaria sp., glyceria aquatica, mentha aquatica et puis les plantes oxygénantes et les jacinthes d'eau pendant l'été (eicchornia crassipes). La densité de plantation du lagunage doit être de 6 à 8 plantes au m².

Voir lagunage

P comme Planter autour du bassin


Question : J'ai fait un bassin cet été, et je voudrais fleurir les alentours du bassin, mais qu'est ce que je dois mettre comme plantes cet automne ?

Réponse : Il n'y a pas de plantes vivaces contre indiquées. Il faut choisir de préférence des plantes produisant peu de déchets pour éviter que les saletés (pétales, fleurs, feuilles) ne tombent dans le bassin.

Les vivaces les plus utilisées (en fonction de l'exposition !!!) :

Acanthe, Achillée, Agapanthe, Ancolie, Anémones du Japon, Armeria, Aster, Astilbes du Japon, Campanules, Canna, Centaurée, Cyclamen de Naples, Digitales, Eryngium (chardon bleu), Fougères, Gaillardes, Graminées, ornementales, Gunera, Hélianthème, Hémérocalles, Heuchère, Hostas, Iris germanique, Lis, Lobelia, Lupin, Lysimaque, Oeillets, Pervenche, Pied d'alouette (Delphinium), Primevères japonaises, Sauges, Saxifrages, Scabieuses, Zantedeschia (arum)...

Il ne faut pas oublier de nombreuses bulbeuses printannières (perce-neige, crocus...)

Pour les arbustes préférer des persistants ou semi-persistant pour éviter des chutes de feuilles brutales :

Aucuba, Azalée, Bambou, Bruyère, Buddleia (arbre à papillon), Buis, Cornouiller, Cotoneaster, Erable du Japon, Genévriers, Kolwitzia, Lonicera, Millepertuis, Palmiers, Pins nains, Potentille, Rhododendron, Seringat, Spirée, Sumac de virginie, Symphorine, Viburnum, Weigelia...

P comme Poissons dans le bassin


Question : J'ai l'intention de faire un bassin, comme j'aimerais introduire plusieurs variétés de poissons, j'aimerais savoir les possibilités en fonction du volume du bassin et savoir s'il y a des incompatibilités ?

Réponse : Il n'y a pas vraiment d'incompatibilité entre les espèces ornementales pour un bassin d'agrément. Pour moi le choix en bassin d'ornement, se porte essentiellement sur :

  • les différentes variétés de poissons rouges (shubunkin, sarasa, voiles de Chine...),

  • les carpes koï,

  • les esturgeons,

  • les ides mélanotes.

Pour des bassins naturels il est possible de s'orienter vers des poissons plus discrets qui respecteront mieux la faune sauvage du biotope : 

  • bouvières,

  • épinoches,

  • vairons,

  • tanches de Mongolie...

Pour les mini-bassins (tonneaux par exemple) temporaires (belle-saison) il est possible dans les régions ensoleillées d'introduire des :

  • gambusies

  • guppy (eh oui... à rentrer bien sûr en aquarium à la fin de l'été pour la saison froide !)

Les poissons ont besoin d'un certain espace (surface et volume) pour s'épanouir correctement. Voici quelques indications données pour un bassin équipé avec une filtration biologique. 

Espèce :

Surface mini : Volume mini : 1 poisson pour :

Koï (40 à 80 cm adulte)

6 m² 3 m³ 1 m³

Poisson rouge (15 à 20 cm adulte - reproduction +++))

1 m² 0,5 m³ 0,1m³

Esturgeon (1 m et plus taille adulte selon les espèces)

30 m² 15 m³ 15 m³

Ides mélanotes (à introduire par banc de 5 minimum)

25 m² 12 m³ 1 m³

Carpe herbivore - amour blanc (Ctenopharyngodon idella > 1 m) 

300 m² 200 m³ 150 m³

Amour argenté (Hypophthalmichthys molitrix > 80 cm)

300 m² 200 m³ 100 m³

Carpe filtrante - amour marbré (Aristichthys nobilis > 1 m)

200 m² 150 m³ 100 m³

Bouvière, épinoches

3 m² 1 m³ 0,2 m³

Vairons (à introduire par banc d'une dizaine)

4 m² 2 m³ 0,1 m³

Tanches de Mongolie (40 cm adulte)

5 m² 3 m³ 1 m³

Bien évidemment, le volume vital nécessaire à chaque poisson s'additionne. Dans un bassin de 30 m³ on pourra ainsi introduire en plusieurs étapes : 10 koï, 5 ides et 1 esturgeon soit : 10 x 1 m³ + 5 x 1 m³ + 1 x 15 m³. Il est fortement déconseillé de mélanger des espèces ornementales avec des espèces sauvages (transmission de maladies, parasites...). Ces valeurs sont indicatives et personnellement je préfère rester en-dessous des concentrations maximales. Quelques beaux poissons seront toujours plus intéressants à observer, qu'un grouillement multicolore, lors de chaque passage près du bassin.

Ne jamais oublier : " Qui dit quantité de poisson, dit quantité de nourriture et quantité de déchets rejetés... donc filtration adéquate ! "

U comme Ultra Violet


Question : Je possède un bassin de 20 m³, une pompe de 8 m³/H, un bac de décantation de 2000L, 80 tortues, des poissons rouges et des Koï, que faut-il comme UV pour avoir une eau claire ?

Réponse : Pour avoir une bonne efficacité de l'UV, qui lutte contre la prolifération des algues vertes unicellulaires, il convient pour un bassin classique (ensoleillement moyen 5-6 heures par jour, empoissonnement normal : 1 poisson par m³) de respecter la règle suivante : 2 Watts de puissance par m³ d'eau. Dans votre cas, les déjections des 80 tortues sont plus importantes et plus polluantes que celles provenant de poissons dans un bassin peuplé normalement. Les taux de nitrates et de phosphates (aliments préférés des algues) doivent être importants dans votre eau.

Il convient d'avoir le maximum de surface de filtration. Si la ouate peut être utilisée, avec réserve, en fin de filtration pour retenir les petites impuretés, il faudrait que l'eau passe d'abord sur des bio-balles (petits morceaux de tuyau PVC), puis sur de la pierre de lave (pouzzolane). Il est utile d'ensemencer régulièrement votre filtration avec des bactéries de biomasse.

En ce qui concerne la lampe UV, il convient d'utiliser un appareil d'une puissance supérieure. Pour un bassin d'agrément on aurait choisi un 55 Watts (2 Watts x 20 m³ = 40 Watts) qui aurait permis une garantie d'eau claire. Dans votre cas, je préconiserais un 75 Watts pour être tranquille.

L'UV devrait être installé sur le circuit de filtration et fonctionner obligatoirement 24 H/24 et 7 J/7. Le résultat devrait être visible entre 1 et 3 semaines selon la configuration du bassin.

En cas de présence d'un appareil UV et de l'apparition d'algues vertes unicellulaires en suspension dans l'eau, plusieurs points sont à vérifier :

  • bon fonctionnement  [obligatoirement 24 H/24 et 7 J/7] de l'appareil (lumière bleutée)

  • puissance adaptée au bassin [ 2 Watts de puissance par m³ d'eau]

  • lampe moins de 10 000 heures d'utilisation (au delà perd de la puissance tout en continuant à s'allumer)

  • gaine de quartz (très fragile) entourant la lampe  UV sale (dépôt de calcaire, de vase, sédiments...)

  • débit de la pompe trop puissant

V comme Virémie printanière


Question : En quoi consiste la virose printanière chez les poissons ?

Réponse : Sujet délicat car la virémie printanière est assez rare. Elle est due à un virus transmis par les animaux qui passent d'un bassin à l'autre (oiseaux, batraciens...). Le virus Rhabdovirus carpio est responsable du déclenchement de la maladie, d'autres infections venant ensuite s'ajouter (infection de l'abdomen provoquant des hémorragies internes, exophtalmie).

La température de l'eau du bassin semble aussi avoir un rôle important, plus l'eau est chaude, plus le risque d'infection est faible et plus les chances de guérison augmentent. Ainsi quand la température de l'eau avoisine les 10°C, ce virus peut se développer tandis que le poisson ne peut se défendre (défenses immunitaires presque inexistantes quand le poisson est en léthargie), l'infection a donc lieu. Il montre des signes de problème respiratoire, léthargie... les premières lésions apparaissent.

Le décès du poisson est presque systématique. Pour éviter cela il faudrait placer les poissons en bacs chauffés et augmenter la température de l'eau jusqu'à 20°C par paliers de 3-4° par jour. Il est évident que plus les poissons sont résistants, en forme et plus ils peuvent lutter contre ce virus. L'apparition au printemps résulte de 3 à 4 mois de jeun combiné à des températures basses. Le virus se réveille tôt dés que la température dépasse les 9-10°C et commence à affaiblir le poisson encore endormi.

Il faut donc tout mettre en oeuvre pour que l'hivernage du bassin permette à ses pensionnaires un minimum de stress et de fatigue : Cures de vitamines à l'automne, sets d'hivernage, arrêt des pompes... la profondeur du bassin est aussi à prendre en compte (1.20 m selon les régions)...

Il n'y a pas de traitement spécifique contre ce virus. On trouve dans le commerce des produits à large spectre qui ont pour effet d'éviter les complications engendrées par l'infection. Attention, sous le terme virose printanière on englobe souvent des tas de maladies qui n'ont pas de rapport avec le virus Rhabdovirus carpio, toutes dues à un mauvais hivernage du bassin (prise en glace complète, présence importante de feuilles en décomposition dans le bassin, intoxication des poissons, température de l'eau trop basse, arrêt de la nourriture trop tôt à l'automne...).

N'oubliez pas que c'est le poisson qui décide quand il ne doit plus manger, il est conseillé de donner à l'automne et au printemps une nourriture riche en germe de blé, plus digeste et facilement assimilable pour le poisson.


Suivez-nous :     Recommandez cette page :               

Mise à jour : janv.-14    PassionBassin®     Copyright textes et photos Ph. GUILLET ©     2002 - 2014       contact : webmaster@passionbassin.com