Annonceurs

Aquatic Bezançon partenaire de Passion Bassin

L'HISTOIRE du KOI - NISHIKIGOI :


Rvdudu nous propose plusieurs rendez-vous sur le koï et ses origines.

Chaque mois je vous propose de vous retrouver avec un article dédié à notre poisson favori afin de parfaire nos connaissances. Ces articles resteront abordables à tout un chacun et un lexique des mots japonais employés vous aidera à la compréhension .Nous commencerons donc par les origines du koï pour se diriger plus tard sur les différentes variétés, l’élevage de ces poissons.

Un focus sera effectué sur une variété particulière afin de vous aider dans le choix de vos prochaines acquisitions. -  Bonne lecture à tous.

Les origines du Koï

Les premières traces connues remontent à la période Yayoi ( 300 avant JC- 250après JC), cela fait donc plus de 2000 ans que les carpes appelées alors MAGOI * sont présentes au Japon, certainement importées lors des invasions chinoises.
La MAGOI (cyprinus carpio) n’est autre que la carpe commune que nous connaissons aujourd’hui dont l’origine se situe autour de la mer Caspienne. Elle sera exporté dans l’Europe entière par les romains à des fins alimentaires.

794 - 1185 (période Heyan) : Les magoi sont gardés dans des bassins par l’aristocratie japonaise, elles sont gardées dans des bassins pour l’agrément mais sont aussi une source non négligeable d’alimentation.

1603 -1868 (période Edo) : C’est durant cette période que les premières carpes avec des mutations chromatiques apparaissent . Les poissons sont confinés dans les rizières, c’est alors que surviennent les premières mutations chromatiques. Ce sont alors des carpes avec des tâches blanches ou rouges, on est encore bien loin de nos koi modernes.

Vers 1750 : Les MAGOI sont introduites dans une vingtaine de villages de la préfecture de Niigata et plus précisément dans la région de Yamakoshi qui deviendra le berceau de nos koï actuels. Cette région montagneuse est à l’époque très difficile d’accès, il n’y a pas de route et les hivers sont rudes avec des chutes de neige pouvant atteindre plusieurs mètres. Les paysans de l’époque cultivaient essentiellement des légumes et du riz, les protéines animales faisant défaut, il fallait trouver une solution. La carpe de part sa robustesse et sa capacité de reproduction semble alors la panacée.

1820-1850 : Les premiers géniteurs HIGOI (carpe rouge) et SHIROGOI (carpe blanche) donnent naissance à un poisson blanc avec des tâches rouges :le SARASA . L‘ancêtre du KOHAKU !

1868-1912 (période Meijii) : Durant cette période, les carpes de couleurs vont commencer a être produites en nombre, on les appelle désormais IROGOI *, mais cela reste confidentiel à la région de Yamakoshi. C’est un hobby hivernal pour ces paysans qui n’ont de cesse de croiser ces carpes pour accentuer les mutations chromatiques. Les premières variétés kohaku, asagi et ki utsuri sont produites.

En 1904,des carpes cuirs en provenance d’Allemagne sont introduites et donneront en 1908 la première DOITSUGOI * :un SHUSUI (croisement avec un asagi).

1914 : A partir de cette date l’histoire du KOI va véritablement commencer ! Des paysans des villages de Yamakoshi se rendent à Tokyo pour l’exposition Taisho en l’honneur de l’empereur. Ils apportent (les chiffres diffèrent) 33 KAWARIGOI et remportent le deuxième prix de l’exposition. Pour la première fois, ces fabuleux poissons sont présentés au public japonais et l’engouement qui suivra ne sera jamais démenti.

1924 : Depuis 10 ans les koï sont exhibés dans tous le pays et en 1924 pour le mariage du prince héritier à Kyoto ;les koï sont remarqués par l’ambassadeur américain. Il emportera avec lui aux USA une partie de ces fabuleux poissons mais seulement 12 des 108 poissons d’une trentaine de centimètres arriveront vivants.

1930 : L’invention du béton et l’arrivée de l’électricité dans la province de Niigata vont révolutionner l’élevage de la carpe dans cette région toujours aussi reculée. L’élevage intensif va débuter et les techniques de pisciculture vont être employées pour élever les koï.

1939-1945 : La seconde guerre mondiale va mettre un coup d’arrêt à la production de koï, la population mourant de faim, les koï redeviennent ce qu’elles avaient été, c'est-à-dire une source de nourriture, il faut peu de choses pour que l’histoire s’arrête.

1947 : A partir de quelques géniteurs rescapés le cheptel se reconstitue lentement.

1955 : La production de carpes, à l’époque surtout consommée séchée et salée est surproductrice. Les pisciculteurs doivent alors trouver d’autres marchés et prospectent toutes les régions du Japon. Les acheteurs rendent visite aux éleveurs dans leurs fermes et découvrent à leur tour les koï. Ils tombent sous le charme de ces beautés et flairent le bon coup commercial qu’ils peuvent ainsi réaliser avec ces poissons. Le bouche à oreilles fera le reste et les koï commenceront à orner les bassins d’agréments des japonais. C’est à cette période que l’on commence de les appeler NISHIKIGOI *.

1962 : Le début de l’histoire du koï moderne ! Une invention qui va tout révolutionner (encore une ! ) : celle du sac plastique ! En effet jusqu’à maintenant le transport des koi était difficile et les pertes nombreuses. La possibilité d’utiliser les sacs plastique et l’oxygène va permettre l’exportation des poissons.

1963-1968 : Les riziculteurs se rendent compte de l’importance de ce marché et commencent à transformer leurs rizières en mud pond. Ils deviennent des breeder à part entière.

1965 : Les premiers club de KOIKICHI * se créent. Le premier livre sur les koi est écrit. Dés lors les variétés sont répertoriées et font l’objet de jugement qualitatif alors que jusqu’à maintenant seule la taille était un critère. Cela va être un tournant dans le monde du koï. Certains éleveurs ne voudront pas suivre l’évolution et garderont comme critère la taille, nombre d’entre eux feront faillite. Les autres deviendront les breeders qui nous font actuellement rêver.

1968 : Date du premier koï-show au Japon dans un hôtel à Tokyo.

Et l’histoire continue !

Pour écrire cet article, je me suis référé à l’excellent site de Peter Waddington, à des livres : Nishikigoi mondo et le grand livre des koi ainsi que de notre ami Google. Il est très difficile d’être précis sur les dates car celles-ci divergent d’une référence à l’autre, j’ai essayé de recouper au mieux les informations afin de vous livrer un historique des plus juste sans rentrer trop dans les détails.


Suivez

Suivez-nous :     Recommandez cette page :                

Mise à jour : avr.-19    PassionBassin®     Copyright textes et photos Ph. GUILLET ©     2002 - 2019       contact : webmaster@passionbassin.com