Annonceurs

Aquatic Bezançon partenaire de Passion Bassin

LE LAGUNAGE - ÉPURATION INDIVIDUELLE :


Dans certains cas, en absence de réseaux d’égouts, pour une résidence secondaire isolée, ou tout simplement par choix personnel, l’épuration individuelle par lagunage peut s’avérer un choix tout à fait judicieux, économique et écologique. Le principe est simple et l’ensemble peut être réalisé par le propriétaire du terrain.

Les eaux collectées et destinées à être traitées proviennent des toilettes (eaux vannes), salle de bain, cuisine (eaux grises). Deux fosses septiques (décantation des MES et fermentation) recueillent les différentes eaux, celles-ci sont ensuite évacuées vers trois bassins de traitement. L'épuration est réalisée, tout d’abord, par des bactéries (transformant la matière organique) et ensuite, par des végétaux aquatiques (cf. liste lagunage), qui assimilent les nitrates et phosphates transformés par les bactéries.

Beaucoup d’avantages (coût, auto-gestion, lagune plantée décorative) mais il ne faut pas négliger le fait que les deux premiers bassins présentent des risques sanitaires pour les animaux et les enfants et qu’un suivi régulier de la qualité des eaux est nécessaire.

Attention, au niveau des autorisations, selon votre situation géographique, le plan d’assainissement communal vous indique quelles sont les possibilités en terme d’épuration individuelle. Contacter votre mairie pour savoir si vous êtes obligés de vous raccorder au tout à l’égout, si cela est programmé dans les prochaines années ou si vous êtes dans une zone non visée par l’assainissement collectif des eaux usagées. Vous pouvez aussi contacter l’Agence de l’Eau dont vous dépendez.

Il y aura sans doute des modifications de la législation dans les années à venir, du fait de l’harmonisation européenne (certains pays – Belgique notamment - sont en avance sur ce sujet) et devant l’augmentation constante des quantités d’eau à traiter par des stations d’épuration qui sont en limite de saturation.

Au niveau individuel, pour être efficace, l’eau doit rester suffisamment longtemps (plusieurs jours) dans les bassins, sinon l’épuration est incomplète. Il faut compter de 5 à 10m² de lagune (pour l’ensemble des bassins) par habitant ! Pour améliorer le processus de traitement des eaux, on peut investir dans une micro-station. Dérivée des processus collectifs, les bactéries évoluent alors dans une solution agitée et alimentée en oxygène par brassage ce qui permet une transformation plus rapide (biomasse immergée aérobie).

Il existe d’autres types de micro-stations utilisant des biodisques semi immergés, avec bactéries fixées, à lit bactérien aérobie (l’eau à traiter est dispersée sur la surface du filtre), ou à boues activées. (bactéries en suspension dans l’eau, alternance de conditions aérobies et anaérobies)

Les bassins doivent être étanches, avec une surface assez importante (ne pas sous-dimensionner à la réalisation) et peu profonds (de 1,50 m à 0,40 mètre). Le premier bassin permet de stocker les boues (on doit utiliser au préalable un déshuileur si la fosse septique est à plus de 15 m de l’habitation). Les bactéries vont fragmenter et transformer ces déchets. Le second bassin planté permettra la minéralisation des boues , la dernière lagune sera plantée et permettra l’assimilation des nitrates, phosphates ainsi que l’assainissement de l’eau au niveau des germes pathogènes. L’eau traitée pourra ainsi être évacuée dans le sol ou servir à alimenter un bassin décoratif.

On peut utiliser plusieurs systèmes de circulation de l’eau :

  • Par déversement sur le substrat (pierre de lave) avec un filtre planté de roseaux (8 à 9 plants au m²)

  • Par écoulement horizontal, l’eau circule en dessous du niveau du filtre au niveau des racines. Utilisation de différentes espèces de plantes (scirpus, phragmites, typha, iris…)

  • Par stagnation, l’eau est visible, 30-40 cm, les végétaux aquatiques sont plantés dans un substrat poreux. L’efficacité de la lagune à macrophytes est moindre.

  • Le marais reconstitué est un mixte. L’eau est déversée par le dessus (circulation verticale), puis circule horizontalement (bassin avec un fond en pente) vers une évacuation qui peut alimenter un bassin naturel. Tout au long de sa circulation, l’eau est filtrée par différentes espèces de végétaux (scirpus, phragmites, typha, iris, menthe, acorus, carex…)

Bien sûr, pour pouvoir fonctionner, il faudra, au quotidien, avoir la main très légère dans l’utilisation des produits ménagers (javel, ammoniaque, détartrant, liquide vaisselle, poudre à laver…) afin de conserver une filtration biologique de qualité. De même il ne faut jamais jeter de déchets solides ni de restes de peinture, solvants, white-spirit…) qui vont nuire au bon fonctionnement de la station.
Des ensemencements réguliers en bactéries hétérotrophes sont nécessaires comme pour toute fosse septique qui sera vidangée tous les 4-5 ans environ.

Les eaux de pluie ne doivent en aucun cas transiter par la station d’épuration et les lagunes, une variation brutale du débit d’eau rendrait inefficace le traitement. Elles peuvent être valorisées (stockage) en vue de l’arrosage du jardin ou pour une utilisation domestique ou servir à remplir le bassin naturel après décantation.


Suivez

Suivez-nous :     Recommandez cette page :                

Mise à jour : janv.-17    PassionBassin®     Copyright textes et photos Ph. GUILLET ©     2002 - 2017       contact : webmaster@passionbassin.com